"Vivons moitié pour nous-même, moitié pour les autres"

Plaidoyer pour les coups enchaînés


Cette année, je suis allé faire mon retour GN a BCB Invasion. 


Au delà du format un peu réduit de joueurs (un peu moins de 300) qui m'a un peu déçu et du format "pas assez de grandes batailles en plaine"), je suis retombé, comme quasi à chaque fois, sur quelques problèmes récurrents dans le GN et l'escrime de GN : Les fameux "coups mitraillettes"... 

là, y'a du jeu de mots ;)


2 fois j'ai été confronté à des joueurs qui me reprochaient (une fois même jusqu'à l'insulte verbale dans la foulée et un comportement physique "machiste" inadéquat - mais là n'est pas le soucis, puisque je m'en suis expliqué avec le joueur considéré) de faire des coups mitraillettes, c'est à dire des "touches successives sur la même cible sans réarmer"... des "touchettes insupportables", "irréalistes avec des vraies armes", etc... 




La critique sous-jacente étant que mes coups étaient illogiques "si c'était en vrai", anti-jeu et malhonnêtes...

Pourtant, postulat de départ que je vous demande de croire, je suis absolument certain que mes touches n'étaient pas mitraillettes : Certes elles étaient rapides, sur la même cible ou pas (mais la cible était, dans tous les cas, découvertes car le joueur avait descendu son bouclier et n'avait pas eu le temps de le remonter) et PARFAITEMENT armés, c'est à dire que la pointe de mon arme passait derrière mon axe vertébral entre chaque coup (des "coupé d'escrime" pourrait-on dire, avec un flow de kali-eskrima). 

Pourquoi en est-on arrivé là ?

En fait, cette situation traduit un problème de manque de lecture de la situation de la part de mon adversaire. Et de recul psychologique sur la situation de Jeu. 


Focalisés sur des concepts propres au GN : les "armes réelles" sont lourdes, et "les mauvais joueurs ne réarment pas les coups", une partie des joueurs veut que l'on simule, que l'on exagère a l'extrême, le poids des armes et que l'on "ralentisse" l'action sous prétexte d'un poids supposé des armes vraies... et se persuade que les joueurs qui ont un jeu différent du leur, triche forcément. 
En gros, ils refusent d'accepter des concepts de Jeu différents des leurs. 


Certes nos épées sont en mousse, et on peut dériver sur ce point avec leur légereté, mais : 

- Avez-vous déja travaillé avec des vraies armes, à leur juste poids ? Elles ne sont pas "si lourdes" et dans tous les cas sont optimisées en terme d'équilibre pour favoriser l'aisance de maniement. Visualisez des vidéos d'AMHE, de behourd, de ken-jutsu, etc... Vous verrez que "en vrai" ça va très vite avec une vraie arme. 


- De plus, nous sommes censés représenter des "guerriers", des gens entrainés et formés pour le combat... donc des gens parfaitement capables d'enchainer vite et avec précision plusieurs coups d'affilée, avec un travail biomécanique optimisé par exemple... 


Evidemment, on fait pas ça en GN.. mais ça donne des idées de la vitesse et des enjeux possible du truc, si c'était "en vrai" (le Behourd n'est pas totalement non plus du "vrai", mais ça peut s'en rapprocher quand même sous certains aspects... )






Et on voudrait donc restreindre notre capacité de Jeu sur des concepts faux ou imaginaires ?
A titre indicatif, je pratique des Drills tirés de la Montante avec un simulateur de 3 kilos... ben, on peut aller vite et enchainer facilement ... Comme en iai-jutsu d'ailleurs (seul ou même en kumitachi)

En kendo, le shinai fait tout de même plus de 500 grs, et l'armure est lourde et encombrante... Les combats vont vite aussi ...



En fait, ces joueurs, débordés par la situation et la perte (trop) rapide de leur points de vie, rejettent alors leur faute sur l'autre qui "triche", plutôt que de réfléchir avec du recul et de la lucidité, en se disant "mince, chuis dans les choux, je vois rien, je désengage pas et je suis touché. Je vois pas son armé, je ne repère pas les signaux de trajectoire ou son timing, sa feinte etc..."

Au delà de la situation précise de Jeu, je pense - et c'est ce que j'essaye de faire - qu'il faudrait toujours avoir son propre feed-back immédiat dans le moment de Jeu : Je suis touché, mais pourquoi ? : est-ce le joueur adverse qui "triche", ou au contraire optimise-t-il ses trajectoires mieux que moi ? ses déplacements, son ciblage ?... 

Son attitude est-elle cohérente avec son Personnage, son arme ? (je répète une arme "vraie" est optimisée pour permettre rapidité et létalité avec un moindre effort de la part du porteur !) 

En fait la vraie question est : a-t-il triché avec les règles ? ou ai-je perdu car mon adversaire a été meilleur que moi sur ce coup - plus malin, plus rusé, plus entrainé...-

Si c'est le cas, alors c'est un bel assaut et je suis content d'avoir été battu par lui. 

Et peut-être même, alors, que j'aurai appris quelque chose de cet assaut, de cette rencontre avec ce joueur !


En conclusion 

On peut toujours objecter que si les touches avaient été portées et reçues sans ambiguité, cette situation ne serait pas arrivée. Certes. 
Mais nous sommes ici dans le règne de l'auto-arbitrage - pourrait-on dire - avec la notion de libre acceptation de la touche, ce qui, à mon sens est une des qualités de l'Escrime Ludique et  du combat en GN en général. 

Et c'est très bien comme cela. Chacun prend ses responsabilités face au Jeu qu'il donne et reçoit.

Cela prouve aussi qu'il y a toujours matière à faire "mieux", pour que justement le Jeu soit imparable, car s'il est imparable, il est accepté, j'oserais dire, avec plaisir. 

Plutôt que de se faire absorber sans recul dans l'action, il faudrait toujours l'analyser en live...  Recevoir ou donner une belle touche, de qualité est toujours le but à attiendre. Et il faut donc toujours travailler, pratiquer pour obtenir ce "mieux plaisant". Même en EL, activité "libre et totalement gratuite".

Et, au final, est-ce que perdre ou gagner est vraiment important en GN ? est-ce que le plus important n'est pas le moment de Jeu partagé avec l'autre joueur ? 


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires