mercredi 1 avril 2020

Tanjo, à la croisée des mondes !

(MAJ du 31 mars 2020)
Voici quelques temps ( bon, ça fait longtemps, en vrai...) que je m'intéresse, réfléchis et travaille autour du tanjo, comme "synthèse ultime" entre l'esprit du iaï, le technico-tactique des cannes mondiales et l'engin de jeu de l'escrime ludique...

Un drôle de mélange tout cela...

oui, mais c'est ce que j'ai envie de présenter comme MA canne, l'arme de synthèse et de travail de principes communs entre toutes ces dimensions.

"Mon" tanjo recouvre donc plusieurs réalités :

vendredi 31 janvier 2020

Iaïdo vs iaïjutsu ?


(MAJ du 31 janvier 2020)
Voici quelques temps ( ça fait plusieurs années maintenant ) que je me suis mis à la pratique du iaido, par le biais du club d'aikido FFAB du Tréport, avec Jérôme et du club de Kendo de Friville-Escarbotin, avec Francis et Florent;
... tout en n'oubliant pas ma pratique du iaïjutsu "katori shinto ryu" dans ses versions aïkibudo, avec Martine, Eric et Christophe, que je pratique depuis 1990 (déja ? mince, le temps passe !)...

Le texte qui suit se voudrait un état des lieux de ma compréhension actuelle de mes pratiques conjointes, sur la base de ce qui m'a été présenté et de mon ressenti ;

Il n'a pas de valeur d'exemplarité et est, sans doute incomplet et/ou partial.

mardi 28 janvier 2020

Quoi qu'on fait ?...

...quand on essaye de lancer un programme de sessions d’entraînements, ou de cours et que le public n'est pas au rendez-vous ?

Soit on se lamente, soit on se dit qu'il faut le prendre comme le signe que ce n'était pas la bonne méthode et qu'en 2020, peut-être que les gens ont plus de mal à sortir de chez eux...

Donc, allons vers les gens !

Et comme dans le coin, il n'y a ni Aïkibudo, ni kobudo, ni canne, ni savate... Que faire ?

Et bien, on va vers le tissu martial local !

Voilà donc deux ans que je vais au club de kendo/iaido de Friville - plutôt pour le iaido, d'ailleurs... très intéressant - et depuis peu, au cours de ...karaté de Eu, en Seine-Maritime.

Découverte intéressante (qui me rappelle mes premières années de pratique, eh oui !), avec un club bien dynamique et un enseignant, Laurent, charismatique et ouvert d'esprit.

"Ichi go, ichi e"

La région est, en fait, "noyautée" par le karaté Wado-ryu, style inspiré en partie par d'un ju-jutsu classique (Shindō Yōshin-ryū > voir, là, la connection avec le Wado ryu)... donc, avec des principes "pas si éloignés que ça" de l'Aïkibudo - en tant que style de ju/aiki-jutsu - 



Quelque part, j'y retrouve mes petits...

De plus, il semble que les pratiquants de Eu, soient intéressés par les pratiques d'armes - kenjutsu, iaï et tanjo, voire naginata... - ;
Il y a, alors, peut-être moyen d'organiser des sessions privées pour ce club...
Cela me permettrait, alors de re-lier mon projet à la réalité locale. et donc, de rebondir

Ne pas baisser les bras !

A suivre, donc...

lundi 4 novembre 2019

Les Enchainements Codifiés de canne et bâton, de Michel Demouch

J'ai commencé la canne à une époque où Michel Demouch en était le Responsable National pour la Fédération de Savate Boxe Française (maintenant FFSavate et DA), via le CNCCB.

Cette méthode fut pour moi une découverte, qui avait commencé quelques années plus tôt, à côté des arts martiaux japonais.
Le côté "joué et sérieux" à la fois m'enthousiama immédiatement; Le parfum de modernité et d'historicité évoquée de l'activité aussi.

Parmi tous les thèmes de travail proposés, l'un retint particulièrement mon attention car il faisait un lien, un pont, entre les arts martiaux japonais et la canne française : Les "Enchainements Codifiés" créés par Michel Demouch.

jeudi 10 octobre 2019

Le choix des arts martiaux


Le but de ce petit article est de faire un focus, sur, selon moi, ce qui différencie les Arts Martiaux des Sports de Combat, du point de vue de l'impact personnel sur le pratiquant.

jeudi 29 août 2019

2 lectures de l'été


L'été est propice à la lecture des vacances quand on arrête plus ou moins le physique.
Cette année, j'ai redécouvert le livre d'Henry Plée (que j'avais lu à sa sortie déja, mais avec quelques années d'expériences diversifiées en moins), et découvert celui d'Aresky Ouzrout.

Interessants discours dans les deux ouvrages, qui recentrent les idées sur la pratique et on en commun de refixer les choses entre pratique sportive et pratique martiale.
Les deux pratiques ont chacunes leurs avantages et leurs antinomies.

Le tout est de savoir ce vers quoi on veut, et on peut aller.

Parfois, les choix sont difficilement compatibles avec nos capacités. Il faut donc être lucide sur soi-même, ne pas se masquer notre réalité, et savoir "pourquoi" l'on pratique. L'un des chemins est temporaire et éphémère, l'autre peut clairement être un compagnon de route le long de notre cheminement personnel.

Moi, cela fait longtemps que j'ai fait mon choix...
Ces deux lectures estivales me l'ont plus que jamais confirmé et renforcé.

Au-delà des formes, c'est le fond qui importe.

jeudi 17 janvier 2019

L'Escrime Ludique au service du Jeu : Entre culture Martiale, Sportive et Expressivité "théâtrale" ?

copyright : xiaobaosg
Cet article est né suite à la publication, parfois controversée, du Traité d'Escrime Ludique de la FédéGN , pour lequel nous avons été critiqués sur certains aspects.


Comme la critique est toujours positive, dans le sens où elle suscite réflexion, débat et clarification des positions des débatteurs, je voudrais ici apporter une réponse personnelle.